Une ville pour chaque saison de l'année

Publié le 

Une ville pour chaque saison de l'année

Certaines villes ou régions du monde donnent leur pleine mesure certains mois de l'année. Alors, pour ne pas vous tromper, voici un exemple de « saisonnier ».

Une ville pour chaque saison de l'année

Moscou en hiver

Visiter Moscou à la saison hivernale, c'est comme vivre un vrai conte de fées. Les parcs publics, les immenses places et les toits des églises orthodoxes aux dômes en forme de bulbes sont recouverts d'une fine poudre blanche, tandis que la cité toute entière scintille de mille feux et que la surface du fleuve Moskova est dure comme du béton. Attention à bien vous couvrir, sinon les températures largement en dessous de zéro pourraient gâcher votre plaisir ! Une doudoune, un bonnet épais (ou pour plus local, une chapka bien chaude) et des chaussures fourrées – vous voilà prêt !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Une ville pour chaque saison de l'année

Tokyo au printemps

 Aux yeux de tous les connaisseurs, la floraison des cerisiers ornementaux (désignés « sakuras » par les Japonais) constitue la plus belle saison pour se rendre dans l'archipel nippon. Tokyo, mais aussi le pays tout entier, célèbre en grande pompe l'efflorescence éphémère des cerisiers. Au début du mois d'avril, les habitants vivent au rythme des bourgeons qui éclosent : l'occasion de se promener dans les jardins, de manger, de boire et de festoyer. Il faut avouer que le jeu en vaut la chandelle. Quand les cerisiers finissent enfin par arborer fièrement leur ramure rose, blanche ou lilas, le spectacle est tout simplement étourdissant ! Mais il faut se dépêcher : les cerisiers ne fleurissent et n'atteignent cette perfection « divine » qu'une dizaine de jours avant de dépérir…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Une ville pour chaque saison de l'année

Lisbonne en été

 Qu'il est bon de passer l'été à Lisbonne ! La cité du Tage est alors d'une beauté sans pareille. Ses maisons pastel, ses eaux bleues, ses tramways, ses boutiques chic et ses docks réhabilités, ses bistros familiaux qui côtoient des bars à sushis, ses vieux magasins de conserves de poisson et ses boutiques de déco dernier cri sont un bonheur à découvrir – sous le « cagnard » ou à la fraîche, après une sieste tonifiante ! Non seulement la « ville aux sept collines » est encore plus radieuse à la belle saison, mais sa personnalité vous séduira, ainsi que son accueil et son énergie communicative. Sans parler de sa vie nocturne débridée !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Une ville pour chaque saison de l'année

Entre Glasgow et Édimbourg, en automne

 Écouter le brame du cerf en Écosse, voilà qui n'est pas donné à tout le monde – mais c'est quand même plus facile que d'apercevoir Nessie percer la surface de l'impavide loch Ness. Si vous vous trouvez à Glasgow ou Édimbourg entre la mi-septembre et la mi-octobre, ne manquez surtout pas de faire un saut au village de Crieff, dans le Perthshire. À une heure de route de l'une ou l'autre de ces grandes villes, vous découvrirez un paysage d'une rusticité magistrale. Dans la vallée de la rivière Earn, bordée de collines dont les plus hautes culminent à 990 mètres, vous aurez toutes les chances d'apercevoir le fameux cerf élaphe. Équipé comme il se doit – macfarlane en tartan écossais, deerstalker sur le crâne et pipe en écume de mer –, vous n'aurez qu'à tendre l'oreille pour l'entendre… le chant du grand cervidé !