Les Iles du Salut, de l'enfer au paradis

découverte
Les Iles du Salut, de l'enfer au paradis

14 kilomètres à vol d'oiseau séparent ces trois cailloux volcaniques de Kourou. Si Royale et Saint-Joseph se visitent, l'Ile du Diable, isolée par des courants tumultueux, demeure quasiment inaccessible.

Dreyfus, Seznec, Papillon, des noms tristement célèbres. De multiples films et ouvrages ont évoqué la survie de ces bagnards qui ont accolé leur souffrance à l'histoire de ce pénitencier, régi par une discipline de fer. Sous le Second Empire, à partir de 1854, 70 000 prisonniers y purgeront leurs peines dans des conditions humiliantes et inhumaines. Il faudra attendre un décret de loi du gouvernement Daladier en 1938 pour que soit enfin décidée la fermeture de la prison, effective seulement à partir de 1947.

Dans un grand état de délabrement, placées sur la trajectoire des fusées Ariane, les installations sont devenues propriété du Centre National d'Etudes Spatiales en raison d'un intérêt stratégique.

L'essor touristique et la volonté de préserver ce patrimoine historique ont encouragé la remise en état de la maison Dreyfus et de plusieurs cellules du quartier des condamnés. La maison du Directeur a été aménagée en Musée du Bagne.

www.ilesdusalut-guyane.com