Le Lido, immortalisé par la littérature et le cinéma

flânerie
Le Lido, immortalisé par la littérature et le cinéma

Une étroite bande de sable devenue au fil des années une terre de légendes.

Longtemps, ce ne fut qu'un banc de sable d'une douzaine de kilomètres de long sur lequel Lord Byron chevauchait au galop. Puis, quand vint le temps des bains de mer, l'Europe a découvert le Lido, alors devenue station balnéaire. Les palaces comme l'Excelsior ou le Grand Hôtel des Bains, les villas de style Liberty apparaissent le long de sa plage, les automobiles aussi. Le Lido est toujours le seul endroit de Venise où l'on peut circuler en voiture.

Sa brume, entre brise et sirocco, a inspiré à Thomas Mann son roman Mort à Venise, dont Luchino Visconti a fait l'adaptation cinématographique quelques années plus tard, lui donnant à jamais son aura romanesque. Aujourd'hui, c'est à vélo que l'on descend à la pinède de l'Alberoni ramasser des coquillages, faire la sieste dans un transat avant d'aller boire un prosecco au Quattro Fontane, là où se retrouvent encore aujourd'hui les cinéastes de La Mostra de Venise.