La mosquée Ketchaoua : l'Histoire avec un grand H

patrimoine
La mosquée Ketchaoua : l'Histoire avec un grand H

Logée entre la citadelle et la rade d'Alger, la mosquée Ketchaoua se construit, s'écroule et se convertit sans cesse depuis le XVe siècle. Elle règne désormais en maître sur Alger.

Premièrement bâti par la tribu Rebai en 1436 au « plateau des chèvres », puis agrandi vers 1613 sous le gouvernement de la régence ottomane, l'édifice s'effondre à deux reprises. En 1794, il est reconstruit à l'initiative d'Hassan Pacha, inspiré des mosquées de Turquie dessinées par des architectes chrétiens. Tandis que la France conquit l'Algérie trois décennies plus tard, le bâtiment est réquisitionné et détruit sur décision du général français Savary. Il est réédifié sur une surface cinq fois plus grande que la précédente et, dans un mélange de styles romano-byzantin et turco-arabe, se mue en la cathédrale Saint-Philippe jusqu'en 1962, date de l'indépendance de l'Algérie.
La mosquée Ketchaoua a fait l'objet d'importants travaux de restauration et de rénovation avant de rouvrir ses portes. Inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO avec l'ensemble de la Casbah, elle est l'ouvrage acharné de siècles d'Histoire vécus par Alger.

Mosquée Ketchaoua
Place Ibn BadisCasbah
16000 Alger