À l'ombre des symboles coloniaux

flÂnerie
À l'ombre des symboles coloniaux

Des arcades de Bab Azoun à la façade néobaroque du Théâtre national d'Alger (ex-Opéra), vous discuterez de l'européanisation d'une ville musulmane à la terrasse d'une ancienne brasserie coloniale.

Tout près de La Grande Poste, de la longue façade blanche de l'Hôtel Safir et de la rue Bab Azoun, juste avant d'arriver sur Bab El Oued et la casbah, se dresse un autre symbole de l'européanisation de la ville musulmane : le Théâtre national. Situé dans l'ex-Opéra d'Alger, vous apprécierez sa splendide façade néobaroque (1853), épargnée par l'incendie qui ravagea les lieux en 1882.
Contigüe au théâtre, se déploie la large terrasse du café Tantonville, face au square Port-Saïd, l'endroit idéal pour regarder passer les gens ou, le soir, déguster des calamars en sauce dans son restaurant. Cette institution de l'époque coloniale, ouverte en 1880 par les frères Tourtel, était fréquentée alors par toute l'intelligentsia algéroise.

Théâtre national d'Alger
10, rue Hadj Omar
16000 Alger
Café Tantonville
7, square Port-Saïd
16000 Alger

+213 21 74 86 61 (café)