48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Publié le 

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

La « globe-trotteuse » Alice Roman s'offre 48 heures de villégiature à Berlin et nous livre son parcours et ses adresses. Vous y croiserez David Bowie, Joachim Löw, Antonio Canova…

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

L'histoire en pleine figure à Bebelplatz

Premier jour, 9h10 – Guten Tag, Berlin ! Fraîchement débarquée au terminal D de l'aéroport international de Berlin-Tegel, au nord de la ville, je prends un taxi pour me rendre à mon hôtel. Le trajet, très agréable, me fait traverser le Berlin-Tiergarten, puis emprunter la bien-nommée Französische Straße, traverser le Kurfürstendamm – les Champs-Élysées locaux –, la Friedrichstraße. À 10 heures, je pose mes valises face à la très prussienne Bebelplatz, à l'ombre de la cathédrale Saint-Edwige : je suis tout de suite immergée dans l'histoire de l'Allemagne, avec sa grandeur et ses tourments. Sur cette place, Goebbels fit procéder, le 10 mai 1933, à un gigantesque autodafé. En référence à cet événement, un mémorial a été édifié : la « Bibliothèque engloutie » (Versunkene Bibliothek) – une plaque de verre posée sur le sol à travers laquelle j'aperçois une bibliothèque aux rayonnages vides. Parmi les œuvres brûlées, celles de Karl Marx, Bertolt Brecht, Sigmund Freud, Stefan Zweig… Un vers du dernier grand poète du romantisme, Heinrich Heine (1797-1856), y est gravé : « Dort, wo man Bücher verbrennt, verbrennt man am Ende auch Menschen » (« Là où on brûle les livres, on finit par brûler les hommes »).

Bebelplatz
Unter den Linden
10117 Berlin

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Mes nuits à côté de Sainte-Edwige

11 heures – Tout près de la cathédrale Sainte-Edwige, se déploie la jolie colonnade de l'Hôtel de Rome, bâtiment du XIXe siècle qui abrita la banque de Dresde jusqu'en 1945. Je vais pouvoir profiter de ses spa, sauna et piscine, installés dans les anciens coffres-forts, ainsi que de sa vaste terrasse embrassant, aux beaux jours, le panorama des toits de Berlin. Je dispose d'une chambre spacieuse (la plus petite, en Classic Room, mesure 35 m!), avec hauts plafonds et lambris de chêne.

Hôtel de Rome
Behrenstraße 37
10117 Berlin
www.roccofortehotels.com

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Currywurst en touriste gourmande

12 heures – Mon installation à l'hôtel terminée, je retourne sur la Französische Straße. J'achète la carte journalière « Tageskarte », qui m'offre un accès libre aux transports en commun du réseau berlinois (BVG), et prends la ligne U6. Six minutes plus tard, je débouche sur Mehringdamm et fais la queue, devant Curry 36, célèbre pour la qualité de ses produits, pour déguster la fameuse Currywurst, saucisse de porc nappée de ketchup, sauce Worcestershire et poudre de curry, auréolée de frites dans sa petite barquette. Rassasiée, il est temps de me rassasier de… nourritures spirituelles.

Curry 36
Mehringdamm 36
10961 Berlin
www.curry36.de/

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Roquairol avec David Bowie et Iggy Pop

13h30 – Je reprends le métro, ligne U7, en direction de Fehrbelliner Platz. Dix minutes plus tard, je sors de la toute rouge station de métro dont l'architecture pop art (Rainer G. Rümmler) vaut à elle seule le détour ! J'aurais pu m'offrir un pique-nique chinois au Preußenpark, verdoyant lieu de rencontre pour la communauté asiatique de la ville, mais je préfère prendre le bus 115 pour descendre à la station Pücklerstraße. À 5 minutes à pied se dresse le panthéon des expressionnistes, le Brücke Museum. Ce musée, à la périphérie de la forêt de Grünewald, propose des œuvres majeures du groupe d'artistes allemands expressionnistes, Die Brücke, dont les couleurs intenses explosent tout le long des pièces claires. Parmi elles, la toile Roquairol (1917), de Erich Heckel, inspira en mars 1977 la couverture de The Idiot de l'« Iguane » (Iggy Pop), coproduit et coécrit par David Bowie, puis la couverture du légendaire album Heroes (toujours en 1977) de Bowie himself.

Brücke-Museum
Bussardsteig 9
14195 Berlin

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Le repaire de Bowie au Schlosshotel

17 heures – Je ne suis pas seulement venue à Berlin pour suivre pas à pas mon idole des seventies ! Puisque je suis à Grünewald, je pousse jusqu'au Schlosshotel, ce curieux palais de 1914 aménagé en palace et repris récemment par le styliste Patrick Hellmann. David Bowie y séjourna lors des premières semaines de son très créatif séjour à Berlin, puis il y reviendra ensuite régulièrement, toujours chambre 90. Je demande à voir la chambre. Manque de chance, elle est occupée. Je visite donc l'une des 10 suites décorées par Karl Lagerfeld et me promène dans le jardin, me remémorant quelques scènes du film de David Hemmings, Just a Gigolo (1978), tournées ici. Dans la bohème internationale, ce n'est pas seulement David Bowie que l'on cite au Schlosshotel, mais aussi Joséphine Baker, Hildegard Knef, Romy Schneider ou Joachim Löw, le sélectionneur de l'équipe nationale d'Allemagne.

Patrick Hellmann Schlosshotel
Brahmsstraße 10
14193 Berlin
www.schlosshotelberlin.com

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Shopping de luxe sur la Kurfürstendamm

18 heures – Je déambule sur la Kurfürstendamm. Avant d'arriver à la Kaiser Wilhelm Gedächtniskirche, entre les boutiques Hermès, Chanel, Louis Vuitton, Cartier ou Gucci, je choisis de rentrer chez Jil Sander, la « reine du minimum », trois fois directrice artistique de la maison qui porte encore son nom. Je ne résiste pas et m'offre une petite robe noire minimaliste aux manches américaines et à la longueur sous le genou qui galbe la silhouette. Je continue vers la Hohler Zahn (« Dent Creuse »), le clocher écimé de l'église du Souvenir de l'Empereur Guillaume, aux trois quarts détruite par un bombardement aérien en 1943. De la flèche de 113 mètres, il en reste 63.

Kaiser Wilhelm Gedächtniskirche (église du Souvenir de l'Empereur Guillaume)
Breitscheidplatz
10789 Berlin

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Jazz Night et menu végétarien au Cookies Cream

19 heures – Je reprends le métro à 400 mètres de l'église, à la station Zoologischer Garten Berlin. Une poignée de minutes plus tard, je réintègre ma chambre. Je m'apprête et enfile ma nouvelle robe. Vers 21h30, chaussée de ballerines plates, j'emprunte la Französische Straße jusqu'à Cookies Cream, à 450 mètres de l'hôtel. Je tombe sur l'une des fameuses Cookies Cream Jazz Nights qui fait le parallèle entre le jazz, expression de l'art de l'improvisation, et celui d'un restaurant à l'inattendue expérience culinaire. Je pousse, un étage plus haut, la porte dérobée du restaurant sur un espace industriel aux murs de béton brut. Les quinze tables sont toutes occupées. Ici, il est conseillé de réserver. Mais, comme on ne laissera jamais une femme portant une robe élégante dans le désarroi, une créature a tôt fait de m'alpaguer et de m'inviter à sa table de « clubbeuses ». Ce n'est pas en ce lieu que je perdrai la ligne, car j'opte pour un menu végétarien.

Cookies Cream
Behrenstraße 55
10117 Berlin
http://cookiescream.com/

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Spaghettis al pomodoro à La Banca

Deuxième jour, 11 heures – Sortie tardivement du lit, j'offre à ma peau, au spa de l'hôtel, un gommage corporel suivi d'un massage intégral afin de stimuler sa régénération. C'est donc après ce soin anti-âge, vers 12h30, que je lézarde sur la terrasse. Je redescends au cinquième étage et m'offre, au restaurant, les meilleurs spaghettis al pomodoro de la ville, avec un verre de Monteoro, un vin blanc italien.

La Banca
Hôtel de Rome
Behrenstraße 37
10117 Berlin

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

Déambulation sur la Museumsinsel

15 heures – Je sors de l'hôtel, prends à droite sur Hedwigskirchgasse, puis à gauche sur la Französische Straße. Je traverse un bras de la Spree sur Werderscher Markt et continue tout droit sur Schloßpl. Après une petite balade de 700 mètres, je me retrouve au cœur de l'Île aux Musées, la fameuse Museumsinsel, l'une des principales attractions de Berlin, inscrite en 1999 au patrimoine mondial de l'Unesco. Que choisir ? La collection égyptienne au Neues Museum ? Les collections d'art antique de l'Altes Museum ? La porte d'Ishtar au musée Pergame, en attendant la réouverture au public du grand autel de Zeus ? Ou encore les chefs-d'œuvre de Donatello au Bode-Museum ? Je délaisse le magnifique port de tête du buste de Néfertiti pour la statuaire italienne. Si la Madonna Pazzi (Donatello) se laisse aisément vénérer, la Tänzerin d'Antonio Canova est un choc. Je l'embrasse du regard en tournant incessamment autour de son piédestal et, comme elle, au milieu de la salle, je lève, béate, les bras au ciel.

Île aux Musées (Museuminsel)
Berlin

Neues Museum
Bodestraße 1-3
10178 Berlin

Altes Museum
Am Lustgarten
10178 Berlin

Musée Pergame
Bodestraße 1-3
10178 Berlin

Bode-Museum
Am Kupfergruben
10117 Berlin

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

À la cantine de l'Empereur

21 heures – Les fameuses escalopes viennoises ou Wiener Schnitzel prennent 10 minutes à cuisiner. Vous passez vos escalopes de veau dans la farine, dans un œuf battu, puis dans la chapelure. Ensuite, dans une poêle enduite d'un peu d'huile d'olive et de beurre, vous faites dorer l'escalope 3 minutes de chaque côté, jusqu'à ce que la chapelure devienne croustillante. Après passage obligatoire au papier absorbant, vous dressez votre assiette avec du thym frais et des tranches de citron. Vous servez le tout avec une salade de pommes de terre grenailles… et vous voilà à la brasserie Borchardt, autrefois cantine de l'Empereur, sous des plafonds de stuc. Ici, la star ce n'est pas un people ou une personnalité politique, mais moi, au milieu d'une atmosphère enlevée, vivante et bruyante, que peinent à étouffer de lourds rideaux de velours cramoisi.

Borchardt Restaurant
Französische Straße 47
10117 Berlin
http://borchardt-restaurant.de

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

48 heures chrono à Berlin : « Ich bin ein Berliner »

La prochaine fois sur l'East Side, le long du mur de Berlin

Troisième jour, 8 heures – Avant de reprendre mon envol, je profite du petit-déjeuner de l'Hôtel de Rome avec une magnifique sélection de charcuterie et de fromage, jus de fuit pressé, pâtisserie, œufs, gaufres, crêpes et un solide café. Je me promets de visiter, lors de mon prochain séjour, l'East Side Gallery, la plus grande galerie à ciel ouvert du monde, le long du mur, pour côtoyer le street art. « Ich hab noch einen koffer in Berlin », chantait Marlene Dietrich. Moi aussi, j'ai encore une valise à Berlin.

East Side Gallery
Mühlenstraße
14059 Berlin

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~